Minecraft, cette petite merveille.

Il faut scroller !

Il existe une race très rare de jeux qui à cette extraordinaire faculté de vous émerveiller, exister, amuser, étonner (et pleins d’autres mot en « er »), tout ça en même temps. Minecraft en fait parti. Véritable phénomène depuis sa sortie, ce petit jeu indépendant qui ne paye vraiment pas de mine va vous refaire aimer les jeux vidéos, vous qui êtes habitués aux très grandes productions américaines pleines de PAN PAN partout.

Un p’tit cube, deux p’tits cube…

Alors Minecraft, quéssecè? C’est déjà l’histoire d’un Suédois Markus Persson, alias Notch, qui a commencé en Mai 2009 à développer un petit jeu en Java. Tout seul, comme un grand, il a donc commencé à coder un jeu dans un environnement composé entièrement de  gros « blocs » pixelisés, tous destructible. Le joueur commence donc dans une map immense générée aléatoirement et toujours très cohérente, découpée en plusieurs zones avec chacune un climat différent. Le joueur commence armé seulement de ces petites mimines. Pour remédier à cela, il va falloir qu’il se fabrique des outils, des armes, etc… Alors hop, direction un arbre, on tape un peu le tronc et le premier bloc se casse. On peut alors ramasser le bois qu’on vient de farmer (récolter) et se construire une pioche en bois. Voila, vous avez saisi le principe de base de Minecraft : on farme (du bois, de la terre, de la pierre, et tellement d’autre chose), on fabrique toutes sortes d’objets (des épées, des haches, etc…). Mais surtout, on construit. Chaque bloc que vous récoltez peut être reposé à l’identique quelque part d’autre. Vous pouvez donc, à votre guise récolter des blocs de pierre et vous construire un petit nid d’amour où passer vos nuits.

Parcequ’il ne fait pas bon traîner dans les rues la nuit dans le monde de Minecraft. Alors que la nuit, de mignons petits cochons, vaches et autres moutons se baladent gaiement dans les verts pâturages de pixels, la nuit c’est un tout autre histoire. Squelettes, zombies, araignées, zombies explosifs seront prêts à en découdre avec vous dès que le soleil se coucheras. D’où la nécessité de se fabriquer un petit abri dès le premier jour, que vous pourrez ensuite améliorer en creusant des douves, en posant des pièges, etc… Après avoir passé votre première nuit bien au chaud, vous pourrez sortir de votre abris de fortune pour aller faire un peu d’exploration, encore un autre aspect de Minecraft. Comme je l’ai dis un peu plus haut, le monde est généré aléatoirement mais toujours avec un cohérence impressionnante. Vous trouverez donc en creusant un peu ou sur le versant d’une montagne, d’immenses grottes naturelles renfermant quantité de matériaux rare et autres donjons. Mais attention, là où il n’y a pas de lumière, il y a des monstres alors assurez vous d’entrer dans ces grottes suffisamment armé.

Ooh la belle grotte !

Ugly game, you’re beautiful.

Ah oui, Minecraft ça pique un peu les yeux hein. C’est pas très beau, c’est pleins de pixels de partout mais mon dieu ce que c’est jouissif. Premièrement, le style pixel art à vraiment son charme et au bout d’un moment, vous ne vous rendrez même plus compte que le jeu n’est pas très beau. Mais outre l’aspect graphique, c’est les possibilités GIGANTESQUE que ce jeu propose. C’est un bac de sable géant, avec comme seule limite votre imagination. Vous vous sentez architecte dans l’âme? Pas de problèmes, vous pouvez construire absolument tout ce qu’il vous passe par la tête. Une maison dans l’eau, une tour dans les nuages, des montagnes russes, une ville entière, un métro, vous pouvez TOUT faire.

Le jeu prend une toute autre dimension en multijoueur puisque plusieurs joueurs peuvent se rejoindre sur un serveur et réaliser des oeuvres communes. Je vous laisse chercher sur Youtube mais certains gars ont fait des trucs tout bonnement hallucinant (dont une réplique de l’Etoile de la Mort de Star Wars à l’échelle 1/160). En multi, c’est là où les villages se forment, où l’économie se développe, où des guerres éclates et bien plus.

Il existe également un mode gratuit, jouable par navigateur ou tout les blocs sont déjà à votre disposition et vous devez simplement construire. Cela vous permettra de vous rendre compte du potentiel du jeu mais vous en voudrez forcément plus au bout d’un moment.

Bref ce jeu n’est pas seulement une évolution dans le petit monde du jeu vidéo indépendant (et même celui du jeu vidéo en général), c’est une véritable révolution. La preuve en est, le jeu vient de dépasser le million d’exemplaire vendus. C’est 15€, si vous devez acheter un jeu indépendant cette année, ça doit être celui la. Foncez les yeux fermés, c’est d’la bonne.

Et pour que vous ne soyez pas trop perdu en arrivant sur Minecraft, je vous laisse avec le premier épisode de l’excellent tutorial réalisé par TheFantasio. En plus de vous donner l’eau à la bouche, ça devrait beaucoup vous aider. Pour la suite de ces vidéos, c’est par là.

>

4 Comments

  1. Héhé, au début j’y allais à tâtons, j’ai passé ensuite beaucoup de temps sur le serveur Free Build for Fun en multi’, et puis, 15€ débités : me voilà en route pour une vraie aventure où je suis mon seul maître !

    Les potes jouant eux aussi, l’idée me vient et un serveur est créé, configuré, fréquenté régulièrement par mon groupe d’ami(e)s.

    Ce jeu est très rapidement addictif, terriblement simple mais aux possibilités infinies !

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :