Parlons Musique

Bonjour à tous !

Aujourd’hui petit post à fin de parler d’un sujet, enfin d’un univers, qui me tiens particulièrement à coeur la Musique. Je ne vais pas m’étendre sur mon admiration pour tel ou tel genre, vous dire que j’adore jouer Hunted By A Freak ou autre, non non non… Plus simplement je vais aborder trois chansons / œuvres qui m’ont marquées et invite les autres rédacteurs et tous ceux qui passent par ici à prendre cinq minutes (ou plus) pour faire de même.

Pink Floyd – High Hopes

http://www.youtube.com/watch?v=Bqvcmud3LFQ

Les Floyd ou mon groupe fétiche du passé. Il me faudrait un article complet (voir plus) pour faire le tour complet de tout ce que je voudrais dire donc venons-en au fait directement. High Hopes est surement une des chansons les plus connues des Pink Floyd et cela à juste titre. Un sentiment de nostalgie s’échappe de cette chanson, chaque écoute me fait frissonner, c’est con à dire mais c’est comme ça. Cette chanson est l’ultime chanson du dernier album des anglais, quel rapport me demanderiez-vous et bien même les paroles sont en adéquations avec cette impression de fin et de nostalgie (zieuttez un peu les lyrics ou les trads pour les moins anglophones d’entre vous et vous comprendrez) car finir une carrière si magnifique par « Forever and ever » est tout simplement grandiose. Gilmour nous gratifie d’ailleurs d’un de ses plus beaux solos entièrement à la lap steel concluant à merveille cette ode à la vie et l’épopée des Floyd, magique en somme.

 

Tool – Lateralus

Tool ou mon groupe fétiche du présent…Alors Lateralus (à prononcer Laitéralis oui «-is » et non « -us ») est une chanson composée autour de la suite de Fibonnacci, que ce soit au niveau de la musique comme du chant et des paroles, permettant la fameuse apparition des « spirales » récurrentes dans la suite mathématique mais également dans les paroles et la structure de ce chef d’œuvre. Vous l’aurez compris cette chanson est très très très très très très très travaillée et c’est un euphémisme. Tool nous a toujours habitué à des morceaux très bien construits mais là on atteint des sphères rarement atteintes en musique, sa montée en puissance parachevant cette impression de perfection qui émane de cette chanson, son explosion finale étant tout simplement dantesque. Quand la science se met au service de la musique, et comme dirait le sieur Keenan « Spiral out, Keep Going ».

 

Deftones – Hexagram

Je me suis bien cassé la tête pour savoir qui du Bohemian Rhapsody ou d’ Hexagram occupera la troisième marche du podium, en fin de compte Hexagram est sortie vainqueur. Avant de crier au scandale que celui qui n’a jamais entendu Hexagram aille y jeter une oreille (et que celui qui n’a jamais entendu le Bohemian Rhapsody aille se pendre…). Alors pourquoi cette chanson ? Tout simplement parce que j’ai rarement entendu un chanteur mettre autant de cœur (et de poumon) dans une chanson ce qui la rend tout simplement ultra sentimentale. Sentimentale dans le sens ou un cri est autant l’expression d’un sentiment que les piaillements d’une pouf r’n’bisée pleurant les déboires de son exactuelkikololmeckilatrompaveksabestahtavukoisacrainttro. Chino est un chanteur remarquable qui prouve tout son talent en moins de cinq minutes. Certains pourront reprocher à la chanson ses cris réguliers ou son refrain (et sa structure générale) qui semble mal-foutu au départ mais qui au fil des écoutes dévoile toute sa richesse et qui fini par devenir indispensable à l’unité de la chanson. Hexagram prouve qu’avec une base instrumentale simple une chanson peut se hisser à un niveau énorme, transmettant aisément et directement une énergie sans pareil à l’auditeur.

Submit a comment

%d blogueurs aiment cette page :