Critique : Banshee, la série qui éclabousse

Je profite aujourd’hui de la nouvelle cure de jouvence de mon blog pour reprendre ma plume virtuelle et vous parler d’une série qu’on m’a récemment conseillé (merci Minus :)) : Banshee. Alors même si avec un titre comme ça on pourrait s’attendre à une série fantastique avec des fantômes de femmes avec de sérieux problèmes dentaires, Banshee est plutôt une série d’action avec du sang, du sexe et des gens pas très gentils. Et c’est plutôt cool.

Welcome to Banshee !

Alors comme vous pouvez déjà le voir sur l’image juste au dessus, Banshee est la nouvelle série des créateurs de True Blood, que j’avais bien aimé bien qu’un peu cucul la praline par moments. Heureusement pour l’instant j’ai l’impression que les auteurs ont un peu plus de poils au menton pour Banshee, je n’ai encore pas eu trop le sentiment que la série sentait l’eau de rose.

Alors Banshee, qu’est-ce que c’est ? Comme je l’ai dis un peu plus haut, on est ici en présence d’une série d’action bien bourrine avec sa dose d’hémoglobine et autres fluides corporels. On suit l’histoire d’un mec qui vient tout juste de se taper 15 ans de prison après avoir été pris pour un vol de diamants. Une fois sorti de prison, il décide donc de retrouver son ancienne partenaire (et amante par la même occasion) qui habite maintenant dans la petite ville de Banshee.

Malheureusement, notre héro va vite se retrouver les deux pieds dans la merde après une bagarre dans un bar de la ville durant laquelle le nouveau shérif, qui doit prendre ses fonctions le lendemain, se fait dérouiller. Du coup, au lieu de se retaper un petit séjour en prison, le héro décide de cacher le corps et de prendre l’identité de l’ex nouveau shérif. Nous voila donc en compagnie de Lucas (fuck yeah) Hood, ex tolard et nouveau shérif de la petite ville de Banshee.

La série se concentre donc sur ce personnage de Lucas Hood, un monsieur plutôt violent qui prend à cœur son nouveau rôle de shérif mais qui s’emmerde non plus pas trop avec l’aspect légal de la chose. Il va d’ailleurs vite se rendre compte que niveau pourritures à Banshee, y’a un peu de concurrence.

banshee

Banshee fuck yeah !

Voila pour ce qui est du synopsis, une fois encore je ne rentre pas trop dans les détails pour vous laisser le plaisir de la découverte et je vais directement vous expliquer pourquoi vous devriez regarder Banshee. Alors pour commencer, je ne pense pas que tout le monde accroche à cette série. Elle respecte en effet quasiment tous les codes de la série d’action avec un héro bad ass : c’est très violent, c’est très sexuel et il se peut que quelques personnages soient un peu caricaturaux.

Mais moi c’est ça que qui me plait justement dans la série. Tout d’abord le personnage de Lucas Hood à sacrément la classe et l’acteur, Antony Starr, est tout à fait crédible dans son rôle de shérif borderline. Je trouve d’ailleurs que tous les acteurs sont très bon dans leurs rôles, que ce soit l’ex copine du héros, aux méchants de l’histoire en passant par les deux sidekicks du héros (un vieux boxeur renoi qui tient un bar et un génie de l’informatique asiatique / drag queen).

J’ai bientôt fini la saison 1 (sur 2) et pour l’instant j’ai apprécié chaque épisode : les intrigues sont plutôt intéressantes à suivre, on suit les aventures du faux shérif avec plaisir et les scènes d’action sont particulièrement plaisantes. Après bien sur, on est pas dans True Detective donc pas de grandes tirades philosophiques et la série vous divertira surement plus qu’elle ne vous fera réfléchir. Mais ce coté un peu décérébré est totalement assumé, et faut bien s’avouer que des fois ça fait du bien quand même. Je vous laisse avec le trailer pour que vous fassiez une idée. Et pour ceux que je n’aurai pas réussi à convaincre, je n’ai qu’un seul mot à dire de plus : boobies.

Submit a comment