film Posts

Evil Dead 2013 : du sang, des démons et du sang

Aaah Evil Dead, film culte ! L’original hein, réalisé par Sam Raimi et qui a un peu révolutionné le cinéma d’horreur de l’époque.

Green Lantern, une belle mise au vert

Comme tout bon geek qui se respecte, j’aime les comics. Que ce soit chez Marvel ou chez DC d’ailleurs. Mais bon, j’ai grandis en lisant les Spiderman / Xmen alors mon coeur va plutôt pour Marvel. Je suis donc assez newbie dans l’univers de chez DC (à part Batman, of course). Alors bien sur, j’avais déjà entendu parler de Green Lantern, mais je ne mettais jamais intéressé plus que ça à ce héros. C’est donc en ignorant complet que je suis allé voir le film du même nom en avant première. Je m’attendais pas à quelque chose d’exceptionnel parce que je sais que Hollywood peut massacrer un héros et son univers en un seul fim (Hulk et les 4 Fantastiques, si vous m’entendez, RIP). Eh bien contre toutes attentes, j’ai plutôt quipher Green Lantern.

Police intergalactique

C’est donc avec peu d’infos et aucunes connaissances sur le comic que j’suis allé voir Green Lantern et découvrir qui il était, pourquoi il était devenu super héro, etc. Heureusement pour moi, le film y réponds dès le début : les Green Lantern sont une sorte de gardiens de l’univers, chacun veillant sur un secteur comportant plusieurs galaxies. Ces gardiens de l’univers ont été crée par des « Immortels » qui ont utilisés la force de la « volonté » (représentée par la couleur verte) pour forger autant de bagues qu’il y a de gardiens, leurs donnant des pouvoirs assez ouf.

Tout se passait bien, tout le monde quiphait la vibs jusqu’à  ce qu’un groupe d’astronautes perdus réveille le grand méchant Parallax qui avait été mis en exil car il utilisait l’énergie jaune de la peur pour tout péter. Et forcément, maintenant qu’il est réveillé ben il est pas super content, alors il va essayer de buter le Green Lantern qui l’avait enfermé. Blessé, ce Green Lantern atterrit sur la Terre et avant de mourir, ordonne à son anneau d’aller chercher un nouveau Green Lantern pour le remplacer.

Et c’est là que Hal Jordan, pilote de chasse intrépide et arrogant, entre en jeu. Choisis par l’anneau, il va découvrir les Green Lantern et leur planète. Il va essayer, avec plus ou moins de succès, de maîtriser les pouvoirs de l’anneau, qui sont assez coule puisqu’il peut matérialiser tous ce que le Green Lantern qui le porte désire.

Peur VS Volonté

Bref, voila à peu près pour l’histoire de Green Lantern et de son univers. Maintenant, le moment où les puristes de DC et de la lanterne risque de m’insulter si ils voient le film : j’ai aimé. Alors certes, c’est pas le film de l’année, loin de là, mais j’ai passé un bon moment devant (ce qui est quand même le but recherché quand on va au ciné hein..) et j’ai bien quiphé l’univers, le principe des Green Lantern venant des quatres coins de l’univers. Visuellement, les effets spéciaux sont vraiment sympa, j’ai notamment trouvé le grand méchant Parallax assez stylé. Un peu d’humour, un peu d’action (pas assez ?), ca me suffit. Alors certes, ca reste un film américain hein, avec l’histoire d’amour qui va bien, toussa.

Et si des puristes de la lanterne verte passent par là et on vu le film, qu’ils me donnent leurs avis. Car je rappel que je ne connais pas du tout le comic, c’est donc plus facile pour moi d’apprécier le film sans me dire qu’ils ont oublié ça, changé ça, etc… Mais bon, maintenant que j’ai vu le film, je risque bien de me mettre aux comics :D.

Sucker Punch, hell yeah.

Aaaah Zack Snyder. Le papa de 300, Watchmen et du Royaume de Ga’Hoole (oui, bon…). Autant dire que quand le bonhomme sort un nouveau film, je m’y intéresse très fortement. Alors mettez moi 5 jolies filles, quelque peu vêtues, qui se battent dans des univers totalement délirant et carrément inspirés des univers du jeux vidéos, de l’heroic fantasy, avec une teinte de steam punk et vous pouvez être sur que j’vais voir le film dès qu’il sort. Eh ben voila, c’est ce qui s’est passé avec Sucker Punch. Aussi tôt sorti, aussi tôt vu. Et bordel, qu’est-ce que c’est bon !

La réalité est une tepu, t’as vu.

Bon, commençons directement par ce qui fâche : Sucker Punch, ça parle de quoi? Ben euh… Pour vous donner un ordre d’idée, il est aussi facile de faire un synopsis de Sucker Punch que d’Inception ou de Matrix, par exemple. Alors pour essayer de faire simple, SP c’est l’histoire d’une fille, Babydoll, qui est enfermé dans un hôpital psychiatrique par son beau père après la mort de sa mère. Mais la Babydoll, elle se laisse pas enfermer si facilement, elle décide donc d’essayer de s’échapper. Et c’est là que ça se complique. Pour s’échapper, elle devra récupérer des objets dans l’asile et chaque « quêtes » pour ces objets est en fait imaginé par Babydoll comme une « mission » dans un monde imaginaire. Oui je sais, c’est compliqué.
Mais Babydoll n’est pas la seule à vouloir se barrer, elle est accompagnée de 4 autres filles : Sweet Pea, Rocket, Blondie et Amber. Bon, Snyder n’a décidément pas pris les plus moches pour son film, et ce n’est surement pas mes hormones qui diront le contraire. Les filles passeront par 4 mondes différents pour récupérer les différents objets : un champ de bataille avec des nazis morts-vivants steam punk, un château d’orcs protégé par un dragon, un train futuriste rempli de robots (surement l’une des plus belle scène du film, techniquement), et un univers enneigé avec des samouraïs géants belliqueux. Les 4 univers sont magnifiques, originaux et cohérents. Car oui, Sucker Punch met littéralement une claque visuellement.

Plein les yeux et les oreilles.

Je pense que Sucker Punch prouve une bonne fois pour toute que l’univers de Mr Snyder est unique et magnifique. Que ce soit l’ambiance oppressante que l’on ressent dès le début, les différents univers que les filles explorent, tout est fait pour en mettre plein la vue. Et ça marche parfaitement. Les effets spéciaux sont sublimes, les ralentis parfaitement utilisés (notamment dans la scène du train), l’ambiance plaira pour sur à tout les gamers/geeks/etc habitués à ce genre d’ambiance. On alterne entre scènes d’actions et scène d’intrigue assez rapidement, le film laissant peu de temps mort. En tout cas, je ne me suis pas ennuyé un seul seconde pendant les 1h50 du film.
Mais les images ne seraient rien si elle n’étaient pas sublimées par la magnifique bande son du film. Clairement techno / rock, elle colle parfaitement à l’ambiance du film et donne encore plus de punch (ahah) aux scènes d’actions. On retrouve de très bonnes surprises dans cette BO, notamment un mash-up de Queen brillant et une reprise de Where is my mind ? qui m’a beaucoup plu. D’autant que certaines chansons sont interprétées par Emily Browning, l’actrice principale qui a une très jolie voix.

Bon, vous l’aurez compris, j’ai sur-quiphé sa maman Sucker Punch. Mais je conçoit parfaitement qu’il peut ne pas plaire à tout le monde, de par son univers spécial, son scénario un peu compliqué et surement pas assez abouti. Mais si vous aimez les jeux vidéos, si vous avez aimé 300 et Watchmen, si vous aimez le boulot de Zack Snyder, foncez, vous ne serez surement pas déçu. Et réservez de l’argent pour le Blu Ray qui sortira, qui contiendra 20 minutes de scènes coupées jugées trop violentes pour êtres intégrées à la version finale du film.
Et pour ceux qui aurait raté la bande annonce, j’vous la met. Ainsi que l’excellentmash-up de Queen. ENJOY !

 

 

 

 

Et pour ceux qui ont Spotify, la BO complète.

Inception : entre Freddy et Matrix

Hier soir, je suis allé voir le film dont tout le monde parle en ce moment, j’ai nommé Inception. J’avais entendus pleins de choses et leurs contraires avant de le voir : pour certains, c’était le meilleur film de l’année, pour d’autres c’était juste un film qui se veut hyper compliqué, bien trop pour qu’on puisse comprendre quelque chose. Sur Allociné, le film a des critiques élogieuses. Il fallait donc que je me fasse mon propre avis.

Vous n’êtes pas réels

Pour commencer, parlons du casting, très bon selon moi. Alors tout d’abord, on a un Leonardo DiCaprio toujours aussi bon dans le rôle du mec perturbé (cf. Shutter Island), j’ai le sentiment qu’il devient de plus en plus bon au fil de ces films (on est loin du p’tit Jack de Titanic, ça c’est sur !). Ensuite, cocorico, Marion Cotillard joue la femme de Léo. Alors même si elle a pas un rôle très très important, ça fait plaisir de la voir dans un blockbuster américain (et là aussi, on est loin de ces débuts dans Taxi…). Ensuite, en vrac, on voit Ellen Page (la petite de Juno), Cillian Murphy (Sunshine), Ken Watanabe (Le dernier Samouraï, Mémoire de nos pères), Joseph Gordon-Levitt, Tom Hardy (RockNRolla), etc… Et ce beau monde est dirigé par Christopher Nolan (le mec qu’a fait Batman : The Dark Knight s’iou plait !)
Pour le synopsis du film, je laisse parler mon ami Allocine.

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence.

Voila, maintenant quelques précisions. DiCaprio et son équipe sont en possession d’une technologie qui leurs permet de créer des rêves et d’amener des personnes dans ces rêves. Une fois dans ces rêves, ils essayent de récupérer une idée précise de leurs victimes pour la voler. Mais pendant le film, ils essayent quelque chose d’autre : implanter une idée dans l’esprit d’une personne. Et là, c’est un peu le moment « complexe » du film : on peut superposer les couches de rêves. Par exemple, on endort une personne, on la plonge dans un rêve et dans ce rêve, on l’endort encore pour accéder à une autre couche de rêve, etc… Ca parait un peu compliqué comme ça mais dans le film, si on suit bien, ça passe tout seul. Je vous laisse découvrir les autres subtilités de l’inception en allant voir le film. :p

Vous êtes entrain de réver

Bon, je vais faire le mouton mais je suis complètement d’accord avec l’avis de la presse et des spectateurs à propos de ce film : il est énorme. Le scénario et l’idée du film sont complètement originaux, la technologie sur les rêves peut paraitre crédible (dans le film, quand on meurt dans un rêve, le sujet se réveille, etc…). Visuellement, c’est très époustouflant (notamment pour le passage avec Paris complètement déformé par la petite Ellen Page). Dans ce film, il n’est pas question de sauver le monde ou quoi, c’est purement économique/sentimentale et ça fait du bien des fois, il faut bien suivre le film pour comprendre toutes les subtilités, et c’est coule d’utiliser un peu son cerveau pendant un film, au moins une fois par an :p.

Bref, si vous hésitez encore ou si vous avez UN seul film à aller voir cet été, je vous conseille chaudement Inception. Et pour ceux qui n’aurait encore pas vu la bande annonce, la voila, et en plus elle vous présente l’équipe. Enjoy !


INCEPTION : Bande-annonce n°3 [HD-VOSTF]
envoyé par ACCROPIX. – Court métrage, documentaire et bande annonce.

L’Etrange histoire de Benjamin Button

Hier, je suis allé au cinéma avec Juliane, Mélanie et Jérémy. On a mis un petit moment à se décider sur le film. Entre Mélanie qui voulait aller voir LOL, Jeremy qui voulait aller voir Push et Juliane et moi qui voulions aller voir L’étrange histoire de Benjamin Button, on s’en sortait plus. Puis bon, comme Juliane et moi on a plus la classe et qu’on était en surnombre, on a finalement choisis Benjamin Button :p !

Hop, aussitôt assis dans le cinéma, première bonne nouvelle : le film dure 2h44 \o/. Et 2h44, même si le fim est bien, c’est long. Après les bandes annonces et la preuve évidente de manque de gout des filles en matière de cinéma (Le code à changé mieux que Watchmen u_u), le film commence.

J’vous plante vite fait l’histoire, en essayant de pas trop vous spoiler le film. 1918, fin de la guerre, une femme accouche d’un gamin qui à l’apparence d’un vieillard, la peau toute fripée et toussa. Hop, 1er mort du film : la mère meurt en accouchant. Donc bon, son père, voyant la gueule du gamin (ouais attends, faut pas déconner non plus :o), décide très courageusement de l’abandonner sur des escaliers d’une grande maison. Là, une gentille madame noire le trouve et décide de le garder, puisque de toutes façons, vu son état, il allait bientôt mourir.

Et puis non, enfaite il meurt pas. Il grandis, mais à toujours l’aspect d’un vieillard. Il grandis dans une maison de retraite donc ça va, tout le monde  lui ressemble un peu ^^. Et puis on se rends compte petit à petit qu’enfaite, il rajeunit ! Au début, il est dans un fauteuil roulant, ensuite il arrive à se mettre debout, il perd des rides, etc, etc…

Bon, j’m’arrète la pour ce qui est de l’histoire. Finalement, j’ai plutôt bien aimé le film. Bon ok, faut avoir le moral pour aller le voir parce que c’est pas choupi comme histoire mais ça vaut le coup d’œil ! Y’a des p’tits passages marrant quand même hein ! Bon, les 2h44 se font un PEU ressentir tout de même !

Le film a 13 nominations aux oscars. Donc c’pas du film de PD. Et j’vous le conseille. Voila. C’est tout.

PS : Et je précise, surtout pour vous mesdemoiselles, que c’est Brad Pitt qui tient le premier rôle.