Google Plus, le nouveau Facebook ?

Ahem… Oui je sais, il était temps. Après une grosse période de vide où on a touché du doigt la disparition totale, me voila donc de retour avec un tout nouveau thème / logo / toussa. Je déclare donc la v3.0 de Social Geek ouverte :). Et pour inaugurer cette nouvelle version, j’ai décidé de parler du nouveau service de Google qui fais le buzz depuis sa sortie, Google + aka. le Facebook de Google. Ce service est actuellement en bêta et seulement accessible sur invitation. Mais rassurez vous, votre serviteur a réussis à en choper une et je m’en vais donc vous livrer mon avis sur la chose.

Google + est donc un réseau social. Vu la popularité de Facebook et le nombre de personnes inscrites, et donc de renseignements sur ces personnes, il n’y a rien d’étonnant que Big « Google » Brother essaye également de lancer sa propre machine à renseignement. Et quand j’identifie Google à Big Brother, j’exagère à peine hein puisque qu’ils ont déjà annoncés que les profils qui utiliseraient des pseudonymes ou ne seraient pas publics seraient supprimés. Niiiice.

Mais bon, soit, donnons lui quand même une chance à ce G+. Le premier truc qui m’a frappé moi c’est que finalement, les différences entre Facebook et G+ doivent se compter sur les doigts d’une seule main. Google Plus pousse même le vice jusqu’à reprendre quasiment la même mise en page que Facebook. Booon ok, j’aurais aimé quelque chose qui essaye vraiment de proposer quelque chose de nouveau, pas un clone de Facebook mais bon.

Mais en cherchant un peu, je trouve la première « différence » entre G+ et Fb. J’ai nommé la notion de « cercles ». Bon, je préviens tout de suite, on retrouve cette notion de cercles aussi sur Fb avec les groupes d’amis mais oh, faut bien que je trouve quelque chose de spécifique à G+ hein ! Sur G+ on organise ces « amis » en différentes catégories / cercles. Il suffit de les faire glisser dans celui qui leurs correspond et vous pourrez ensuite décider de partager quelque chose avec tel ou tel cercle. Heureusement pour nous, les personnes ne savent pas dans quel cercle vous les placer, alors oui vous pouvez faire une catégorie « GROS LOURDS ».

Mais après quelques jours d’utilisation, j’ai quand même réussis à trouver LA difference entre G+ et Fb. Et là encore, ce n’est pas vraiment une différence. En fait, le fonctionnement de G+ est tout simplement un mix entre celui de Fb et celui de Twitter (pour ceux qui ne savent pas comme Twitter fonctionne, c’est par ici :D). Je m’explique : sur G+, il est possible de partager n’importe quoi (photo, vidéos, liens, etc…) comme sur Fb. Sauf que sur G+, les échanges peuvent être unilatéraux. Prenons un exemple : sur Fb, quand je veux « être ami » avec quelqu’un, il faut que je lui envoi une demande à laquelle cette personne répondra oui ou non. Dans le cas ou elle reponde oui, nous pourrons alors partager entre nous, ce qui sera impossible si elle répond non. Sur G+, c’est différent : vous pouvez « suivre » les gens (comme sur Twitter) et donc voir ce qu’ils partagent sans leur envoyer de demandes etc. Libre ensuite à eux de choisir de vous suivre en retour ou non.

Bref, vous l’aurez compris G+ fais exactement ce que Fb fais, avec quelques petites différences. Est-ce que ce sera suffisant pour détrôner Fb du trône des réseaux sociaux ? Je ne pense pas. Fb est bien trop confortablement installé dans la tête des gens normaux (donc pas geek) pour que ceux là décide de migrer sur G+. Pour qu’ils migrent, il aurait fallus des fonctionnalités de ouf, qui change complètement de Fb mais malheureusement, ce n’est pas le cas. Alors oui, le service n’est actuellement qu’en bêta, oui il va encore s’améliorer, mais je doute fort qu’il arrive à s’imposer. Comme le montre cet article, le buzz autour de G+ est énorme mais finalement peu de gens l’utilise. Et je confirme, je voulais à tout prix une invitation et maintenant que je l’ai, je n’utilise jamais G+

Et vous, avez vous déjà testé G+ ? Pensez vous qu’il peut détrôner Fb ? Et pour ceux qui veulent des invitations, un petit commentaire avec votre adresse mail et je vous envoi ça ;).

11 Comments

  1. Je ne suis assez las de l’assimilation (je dis assimilation, pas comparaison) de G+ à Facebook, et voilà pourquoi :

    – Aux fondement de G+, il y a plus de Twitter que de Facebook : les relations sont basé sur des contact suivis unilatéralement.

    – Autre point de ressemblance avec Twitter : le fait que le profil n’ait pas de mur ouvert. On ne poste pas sur le mur de quelqu’un, on poste un contenu qui apparaîtra dans le flux des autres abonnés qui sont autorisé à le voir.

    – Partons du concept fondateur de Facebook, il s’agit d’un réseau destinés aux potes d’université, donc à un seul « cercle ». Son succès en a fait un réseau généraliste, mais son mode de fonctionnement n’a pas changé, et est inadapté pour les utilisateurs ayant beaucoup de cercles de relations différentes. Facebook est parfait pour un lycéen ou un étudiant, il l’est moins pour quelqu’un qui a complexifié son tissu social réel par différents cercles professionnels, associatifs, de veille, etc…

    – La seule chose qui ressemble vraiment à Facebook, c’est la présentation des post et le design de la page… mais c’est avant tout parce qu’une présentation en 3 colonnes est particulièrement pertinente, et Facebook n’est pas le premier à l’avoir fait.

    Bref, une complémentarité réelle existe Google propose une 3e voie, reprenant des éléments de la concurrence certe, en comblant un manque de catégorisation en adéquation avec la vie réelle.

    Twitter se destine à communiquer des informations avec de nombreuses personnes que l’on ne connait pas forcément, Facebook se destine plutôt à communiquer avec un ensemble de personnes plus ou moins proches de façon assez peu différenciée, et G+ se destine à communiquer avec toutes les formes de relation de façon très fractionnée. 3 outils complémentaire.

    Cela dit, une chose est vraie : G+ va devoir chasser ses clients chez Facebook. Les utilisateurs de Twitter ont très vite été séduit, mais ceux de Facebook sont plus dépendants des choix de leurs « amis », et ceux qui n’ont pas d’intérêt à migrer ne le feront pas.

    Pour ma part, j’utilise maintenant les 3 de façon assez naturelle, Facebook pour le mylife, Twitter pour la veille et G+ pour un mélange de veille et de discussions…

  2. j’ai remarqué que depuis que j’ai google+ j’utilise moins twitter, et fb, personnellement je trouve que les quelques différence sont vraiment cool. Aussi la gestion simple de la confidentialité pas comme chez fb

  3. Je vois mal comment Google pourra rattraper les 500 ou 600 millions d’utilisateurs de Facebook sans une sacré dose d’innovations et de vrais nouveautés vraiment vraiment utiles (et pratiques).

    J’avais eu beaucoup de mal à utiliser concrètement la précédente tentative de Google avec Wave. En espérant que cette fois sera la bonne. C’est le leadership du web et de la société la plus populaire qui se joue en ce moment.

    PS: je suis preneur d’une invitation Google+.
    Merci par avance.

  4. @Mathieu : Tout d’abord, merci pour ton commentaire. J’aimerais juste réagir sur le fait que tu sois las qu’on assimile G+ à Fb : Google Plus est quand même un peu annoncé comme le Facebook-killer, je trouvais normal de comparer les deux. Après, je ne dénigre pas G+ hein, j’aime beaucoup. Je pense juste que ca risque d’être un peu léger si ils veulent vraiment concurrencer Facebook. Et c’est vrai que G+ propose une 3eme voie comme tu dis, mais moi personnellement entre Twitter pour la veille et Fb pour mylife, j’en ai pas vraiment l’utilité.

    @Benoit09 : C’est vrai que j’ai pas parlé de la confidentialité sur G+, qui est quand même un gros point positif par rapport à Fb. Mais bon, quand on voit que Google veut interdire les comptes des gens qui mettent des pseudonymes, on peut se dire que ca revient quand meme un peu au même…

    @Webysteph : Invitation envoyée 😉

  5. Les inscriptions sont ouvertes il me semble…

    La question n’est pas de savoir si G+ atteindra les 700 millions de Facebook, mais de savoir s’il arrivera à conquérir un certain public durablement.

    Orkut, par exemple, est un incontournable au Brésil… Il continuera d’exister parce qu’il y est très présent, et je suppose que les brésiliens ne s’en détacheront pas, mais cependant Orkut est une niche, je m’y suis mis et ai tenté de trouver des intérêts, mais la moitié des groupes et pages sont en portugais, c’est bridant…

    Peu importe que Google rattrape significativement FB, il faut qu’il s’impose lui-même dans la durée…

    Twitter, c’est 200 millions de comptes, moins d’un tiers du nombre de profils Facebook, pour autant personne ne fait de comparaison, ou juge twitter inutile, puisqu’il a son public et son utilité.

    LikedIn, c’est encore moitié moins, mais c’est un réseau incontournable dans certains domaines d’activités… Et on ne peut pas parler ici de niche, chacun y a sa place…

  6. @Lucas justement, la mention Facebook-killer est une accroche trouvée par la presse, Google a publié un communiqué demandant à ne pas être qualifié de FB-killer.

    Maintenant, comme je l’ai dis plus haut, comparer les deux est évidement plein de sens, et tu as raison de dire que G+ ne peut pas se reposer uniquement sur les cercles pour être autre chose qu’un intermédiaire entre Facebook et Twitter…

    La force de Google+ réside en la centralisation des services Google, et c’est je pense là la clef : on peut presque tout faire sans quitter G+… Et la clef, ce sont les sparks : on explore le web depuis Google+, on partage sur Google+.

    C’est là le vrai combat entre Facebook et Google : Facebook est un site où les gens passent énormément de temps, du temps qu’ils ne passent pas ailleurs, et pour Google, G+ n’est pas juste un moyen de faire la course aux membres, mais récupérer du temps passé sur ses services.

    Reste à mettre ce composant en avant, et le perfectionner : pour le moment, il ne me sert à rien, mais si je peux y agréger mes flux RSS, par exemple, ça pourra devenir intéressant…

    Les grandes lignes de G+ sont posées, il n’y aura pas de grande révolution dans son fonctionnement, mais chacune des fonctions va évoluer pour devenir incontournable.

    Ce qui manque le plus, ce sont les API. Au plus vite G+ sera intégré partout, au plus tôt il deviendra indispensable, car il pourra tout centraliser.

  7. Très honnêtement, je ne sais pas qui sortira gagnant de ce combat mais une chose est sûre, il n’y a pas de place pour autant de réseaux sociaux: Twitter, Facebook, Linkedin, Viadeo et maintenant Google +. Il va falloir faire des choix et effectivement Facebook a un avantage de taille à ce jour, ses 600 millions d’utilisateurs! Même si Google + semble avoir quelques atouts, notamment le système de cercles. Quoiqu’il en soit l’expérience est très intéressante à suivre. Suspens.

    PS: je suis preneuse d’une invitation Google+ , merci beaucoup!

  8. Eh bien Laurence, je te laisse te faire ton propre avis sur G+, je t’ai envoyé une invitation 😉

  9. Bonjour, jaurai aimer avoir une invite pour tester le fameux Google + c’est possible ?

Submit a comment